Loyco soutient l’Inititiative pour des Multinationales Responsables

23 Nov, 2020
Loyco

Le 29 novembre prochain, nous voterons pour l’initiative populaire « Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement ». Chez Loyco, nous soutenons avec conviction cette initiative. Notre co-fondateur Christophe Barman, s’est d’ailleurs engagé très tôt au sein du Comité d’initiative.

 

L’initiative soumise à la votation

L’Initiative «Entreprises responsables» demande que les entreprises suisses respectent les droits de l’homme et les normes environnementales internationalement reconnues dans le cadre de leurs activités en Suisse et à l’étranger. Pour faire respecter ces normes à l’étranger, il deviendra donc possible d’intenter des actions en justice en Suisse. Les entreprises suisses seront tenues pour responsables de fautes commises par des entreprises tierces à l’étranger, par exemple des sociétés liées économiquement, comme des fournisseurs ou des bénéficiaires de prêts.

 

A qui s’adresse cette initiative ?

Environ 1500 multinationales seront concernées par cette initiative. Les petites et moyennes entreprises, jusqu’à 250 employés, ne sont quant à elles pas touchées par cette initiative à une exception près : si elles sont actives dans des secteurs à risque tels que le commerce d’or par exemple.

 

Notre position

Chez Loyco, en accord avec notre engagement B Corp et notre vision de la performance, nous souhaitons avoir un impact positif sur notre environnement et la société en général et nous soutenons donc avec conviction cette initiative.

 

Notre co-fondateur s’engage

Récemment, notre co-fondateur Christophe Barman s’est exprimé sur son engagement lors d’un entretien pour le journal “Orange pressée”, dont voici un extrait:

« Quelles sont les raisons de votre engagement en faveur de l’initiative pour des entreprises responsables?
J’ai la conviction que le monde économique doit avoir un impact positif sur l’environnement et la société. La performance ne peut se réduire uniquement à des critères basés sur le profit mais doit être également évaluée au prisme de ses effets positifs sur la communauté et les employés.

Je pense également que nous ne pouvons plus nous satisfaire de mesures incitatives pour inciter les structures économiques à respecter ce que l’on peut considérer comme le minimum en matière de droits sociaux et environnementaux, puisque nous avons vu que les mesures volontaires ne suffisaient pas pour certains mauvais élèves. Il est temps d’instaurer un cadre légal clair à ce sujet.”

Parmi les chefs d’entreprise, beaucoup s’inquiètent de la responsabilité juridique de l’entreprise vis-à-vis de ses fournisseurs, argumentant de la difficulté de s’assurer de leur comportement. Que leur répondez- vous?
Ces inquiétudes me paraissent infondées. Le texte de l’initiative est très clair. On fait référence à des fournisseurs sur lesquels l’entreprise a un contrôle économique. Avoir un contrôle économique sur un fournisseur, cela signifie avoir une relation très étroite, à travers des participations ou des contrats d’achats exclusifs par exemple. On ne parle pas de petites commandes occasionnelles mais de commandes structurelles dans la chaîne de valeur de l’entreprise.

Par ailleurs, en cas d’acceptation de l’initiative, le parlement devra rédiger un texte d’application. Au vu du rapport de force politique et économique dans notre pays, l’application de l’initiative veillera aux intérêts des petites structures économiques et productives ; j’en suis convaincu. »

Lire l’article dans son intégralité

 

Votez !

Nous encourageons les citoyens et citoyennes suisses à voter le 29 novembre en leur âme et conscience sur cette question sociétale et environnementale essentielle.

Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la newsletter by Loyco.

Comme vous, nous détestons les spams ! Votre adresse e-mail n'est utilisée que pour vous envoyer notre newsletter et des informations sur les activités de Loyco.
À chaque envoi, vous disposez d'un lien de désabonnement inclus dans l'email.

Share This