LES ACTUALITES DE LOYCO ET DU MARCHE

Restez informés de nos beaux projets et des news du marché, une fois par mois à la sauce Loyco!

mukam

28 Mars 2019

Road to Loycocracy: La jurisprudence

Général

En mai 2018, nous avons choisi de dissoudre notre Direction afin de donner le pouvoir à nos Loycomates, concrétisant notre profonde confiance en l’être humain ainsi que nos croyances en la force de l’intelligence collective.

Cette mini-série vous raconte l’implémentation de ce nouveau modèle d’organisation tel que nous l’avons vécu, sans volonté de donner de leçons. Juste comme ça. Parce que nous avons plaisir à partager et que nous serions ravis de recevoir votre feed-back. Alors n’hésitez pas à commenter voire à nous secouer. On adore ça 😉.

Bonne lecture et avec toute notre bienveillance.

Christophe Barman Ex-CEO de Loyco

Episode 8: La jurisprudence loycocratique, par Christophe Barman, Coordinateur Support

Dans l’épisode 7 : la Constitution, nous vous décrivions comment l’ex-Direction de Loyco avait transmis ces pouvoir à la Constitution, document fondateur posant notamment notre identité, nos valeurs, notre engagement au sein de la communauté des B Corporations ainsi que les règles de fonctionnement de la Loycocracy. Les dites règles constituent désormais le cadre dans lequel les Loycomates peuvent fonctionner en toute autonomie, dans le respect de leurs rôles et en harmonie avec ceux des autres. 

Un besoin d’aligner les prises de décision 

Si la hiérarchie constitue un système arbitraire – ou disons plutôt soumis à l’arbitrage subjectif d’un supérieur – la Loycocracy a l’ambition de garantir l’équité entre les Loycomates, dans le respect de l’autorité des rôles confiés. L’attribution des rôles et la définition de l’autorité qui y est liée se doit donc d’être formalisée, rendant la gouvernance beaucoup plus structurée que dans un modèle traditionnel. 

Dans les premières semaines de la vie en Loycocracy, plusieurs porteurs de rôles se sont retrouvés dans l’incertitude quant à une prise de décision. En avaient-ils l’autorité ? Impliquaient-ils les bonnes personnes?  

Cette situation était notamment vécue au mois d’août 2018 par un Loycomate qui souhaitait changer son lieu de travail de Genève à Lausanne. En se posant la question de l’autorité sur cette décision, nous convenions qu’il pouvait la prendre seul mais devait poser la question au rôle logistique vaudois (pour la disponibilité d’un poste de travail), au rôle talent (changement du contrat de travail) ainsi qu’au rôle planification (pour l’éventuel besoin d’une disponibilité physique du Loycomate dans les bureaux genevois). Après consultation de ces rôles, qui n’y voyaient pas d’inconvénient, la décision de déménager était prise en un jour. 

Et pourquoi pas une Jurisprudence loycocratique ? 

Cette prise de décision impliqua un échange nourri sur Teams (voir l’épisode 4 : garantir l’information) concernant le besoin de compléter les règles très génériques de la Constitution ainsi que les descriptions des rôles et des responsabilités sur Peerdom. Alors, le rôle talent au sein de notre équipe IT,  Sébastien Maisonneuve, évoquait le besoin d’une «Jurisprudence loycocratique». Le mot était lâché et une section ajoutée à notre Constitution (voir dernière section) faisait suite à sa validation par l’équipe support.  

En introduction, la section «Jurisprudence loycocratique» rappelle le cadre dans lequel une décision peut être prise : 

  • Le porteur du rôle a l’autorité sur les décisions relatives à son rôle;  

  • Toute décision doit être précédée de la question «En ai-je l’autorité?» puis de la question «Quels rôles sont potentiellement impactés par ma décision?»;  

  • Lors de la prise de décision, le porteur de rôle concerné doit faire le maximum pour obtenir le consensus auprès des porteurs de rôle impactés. Si un consensus ne peut être trouvé, le porteur de rôle a l’autorité pour trancher. 

La jurisprudence elle-même recense les décisions importantes, définit le rôle ayant l’autorité - dans de très rares cas, les deux rôles – ainsi que les rôles impactés devant être consultés. 

Pour reprendre le cas précité du Loycomate souhaitant aller travailler à Lausanne:  

11. Qui valide le déplacement d’un Loycomate dans un autre bureau?  

  • Autorité: le Loycomate  

  • Rôles impactés: les rôles talent, planification, logistique (du lieu de destination)  

  • Précision: le Loycomate est libre de travailler où il le souhaite. Les rôles impactés peuvent au mieux lui suggérer de retarder l’échéance dans l’attente d’une adaptation d’horaire ou de logistique. 

La jurisprudence évolue lorsqu’une décision prise est jugée importante et susceptible de concerner d’autres situations. Elle compte à ce jour 16 décisions. 

La suite de notre aventure loycocratique est à découvrir dans notre épisode du mois prochain… stay tuned 😉 ! 

Partagez cette actualité !

Newsletter

Restez informés de nos beaux projets et des news du marché,
une fois par mois à la sauce Loyco!